Categories
Série TV

Brutal et fou : cette série FSK 18 est un must pour les fans de « Deadpool » & « Crank » – maintenant aussi sans streaming

Avant que « The Boys » ne rappelle aux fans de la série que les adaptations de bandes dessinées peuvent aussi être brutales et avoir un humour méchant, « Happy ! » a fait rage sur les écrans. Enfin, il y a la pointe de la série FSK 18 drastiquement humoristique sur le Blu-ray dans le home cinéma.

Le créateur de bandes dessinées Darick Robertson n’est peut-être pas le nom le plus familier, mais l’une de ses œuvres jouit d’une immense popularité : il est l’un des créateurs de la satire percutante de super-héros The Boys, dont l’adaptation télévisée est l’une des séries à succès les plus parlées de Prime Video. . Mais même avant le succès de The Boys, Robertson versait une comédie gore et noire dans le monde des adaptations de séries de bandes dessinées!

Parce qu’avec le grand Grant Morrison de DC, Robertson a créé à la fois la bande dessinée accrocheuse « Happy! » et son adaptation en série éponyme. En Allemagne, Netflix a longtemps été le foyer exclusif de la série idiosyncrasique FSK 18, et plus tard, elle a également été évaluée comme un titre d’achat VOD. Maintenant, vous pouvez enfin les mettre sur vos étagères : Il y a quelques jours, la première saison de « Happy! » est sortie en Blu-ray.

Nonobstant la sortie Blu-ray, Happy! est toujours disponible en VOD, y compris via Première vidéo*et la série est disponible sous forme d’abonnement ininterrompu sur Netflix.

« Happy! » : Sanglant, humour noir et brut de décoffrage

Depuis qu’il a perdu son emploi, l’ex-flic Nick Sax (Christopher Meloni) est devenu un solitaire cynique et violent qui passe ses journées mornes avec des excès d’alcool et de drogue. Il reste à flot financièrement en travaillant comme tueur à gages pour le chef du crime infâme Francisco Scaramucci (Ritchie Coster). Mais lorsque Sax subit une crise cardiaque, sa vie prend une autre tournure radicale !

A découvrir  Un thriller mystérieux sur Netflix qui tient les téléspectateurs en haleine

Une petite licorne bleue ailée nommée Happy (voix dans l’original : Patton Oswalt) lui apparaît soudain et le supplie de partir à la recherche d’une fille disparue dans le chaos de Noël de New York…

Se tenir au lieu de contempler des tas de chaos, une effusion de sang massive et croissante et un humour amer et galeux sur la liste de souhaits, que Sax travaille à la hâte. L’écriture qui s’accroche également à l’adaptation « The Boys » qui a commencé après « Happy! » scintille définitivement. A noter également sur Happy! est que Brian Taylor a réalisé une grande partie de la première saison et a été impliqué dans plusieurs scripts d’épisodes.

Et il a beaucoup d’expérience en matière de comédies d’action aussi brutales qu’elles testent les limites de la bonne humeur : avec Mark Neveldine, Taylor était responsable des véhicules loufoques de Jason Statham « Crank » et « Crank 2 : High Tension ». Leur approche d’un mélange de comédie délibérément insipide, de surprises folles et de violence drastique traverse constamment « Happy! ».

Cependant, la série, émaillée d’autodérision et de dictons absurdes façon « Deadpool », a aussi un côté honnête et dramatique. Cela se révèle, par exemple, lorsqu’il s’agit de savoir à quel point le protagoniste est vraiment brisé émotionnellement et psychologiquement, ou si sa mission de sauvetage a une chance de réussir. Tout comme avec « The Boys » parfois le développement de l’histoire est plus choquant que l’humour et la violence…