Au début de l’année, le célèbre réalisateur John Carpenter a laissé entendre qu’il pourrait y avoir une suite directe à son emblématique film d’horreur de science-fiction, « The Thing ». La Chose.

Il a raconté ce qui suit à un fan lors du Texas Frightmare Weekend :

« J’ai dû jurer de garder le secret, mais il se peut, et je ne sais pas si cela va se produire, qu’il y ait une Chose 2. »

La Chose est…
Depuis des années, c’est le silence total autour de cette possible suite. Aujourd’hui, un autre réalisateur s’est exprimé à ce sujet.

Le Néerlandais Matthijs van Heijningen Jr, qui a réalisé le film préquel The Thing en 2011, a récemment parlé à SyFy Wire d’un projet abandonné de suite directe à son film.

Regretter des choses
qui aurait porté sur la paléontologue Kate Lloyd (Mary Elizabeth Winstead), seule survivante du massacre norvégien dans le film, mais se serait également déroulé à la même époque que les événements du classique de Carpenter.

Ainsi van Heijningen :

« Kate s’échapperait et serait recueillie en mer. Sur une plate-forme de forage pétrolier près du pôle Sud, elle essaierait d’informer le reste du monde de ce qui s’est passé. Le monstre se déchaînerait alors sur la plate-forme. Cela aurait été une bonne idée.

Cependant, après l’échec de son film, le studio à l’origine du préquel a abandonné l’idée. Van Heijningen ajoute :

A découvrir  Le légendaire "Footloose" est-il une histoire vraie ? Même les "gardiens" le savent

« La version de Carpenter était incroyablement bonne, et de nombreux fans ont été offensés par le prequel et n’en voient plus l’intérêt. Je comprends parfaitement ce qu’ils ressentent aujourd’hui.

Changer les choses
Enfin, le Néerlandais a abordé l’une des plus grandes plaintes concernant son film : le fait que de nombreux effets pratiques créés par les légendes SFX Alec Gillis et Tom Woodruff Jr. ont été remplacés par de mauvais CGI en post-production :

« Je sais qu’il y a beaucoup de discussions à ce sujet, mais nous étions à un carrefour à l’époque où les effets pratiques étaient démodés et où les images de synthèse n’étaient pas encore assez bonnes. Cependant, nous avons pris la mauvaise décision en créant le monstre à l’aide d’un ordinateur. Et je le regrette aujourd’hui.

Si je devais faire le film maintenant, je développerais mieux les personnages, j’utiliserais moins d’images de synthèse et j’incorporerais plus de paranoïa dans le scénario. The Thing traite de l’impossibilité de faire confiance à qui que ce soit. Et nous aurions pu mieux développer ce thème ».

Détail marquant : curieusement, le film de 2011 s’est avéré être un succès sur Netflix aux États-Unis au début de cette année.