Le nouvel EP très attendu de l’artiste vedette Sarah KinsleyAscension—est sorti maintenant, ses débuts avec Verve Forecast et Decca UK.

De l’EP, elle décrit, « Ascension parle de cet endroit inconnu et éthéré – les îles que nous créons avec des gens que nous avons aimés, où vivent nos phrases avec eux, où nos conversations nous survivent, où chaque instant que nous avons vécu se vit encore et encore. C’est un paradis éternel », détaille Kinsley. « C’est le centre de cet EP: le trésor, la collection de souvenirs brillants que je porte, vers laquelle je monte. »

Les cinq chansons de l’EP ont été créées par la musicienne, chanteuse et productrice Kinsley dans son appartement de New York. De «Black Horse», explique-t-elle, «Un cheval noir est un signe de mort – pas au sens de la sonnerie du knoll, au sens présage – mais plutôt que le cheval signifie laisser mourir des choses qui ne nous servent plus. La mort comme cas de renouvellement, comme symbole du recommencement. Comme symbole de persévérance, d’élimination des obstacles, d’aller de l’avant. C’était ici. Mon cheval noir m’a sauvé.

Avant la sortie, Kinsley a partagé « Lovegod » et « Oh No Darling! » Kinsley s’est récemment lancé dans une série de dates de tournées nord-américaines, qui ont vu des spectacles à guichets fermés à Toronto, Montréal et Philadelphie. Le tourbillon de dates limitées et intimes se termine avec un endroit très envié au Governors Ball de New York le 10 juin. Kinsley devrait également se produire au légendaire festival de musique Lollapalooza à Chicago le 6 août. Récemment, il a été confirmé que Kinsley ouvrira pour Sylvan Esso à An Official Lollapalooza Aftershow le 6 août au Metro.

A découvrir  Haim s'arrête à 'Sesame Street' pour chanter sur l'alphabet

De plus, Kinsley ouvrira à certaines dates pour Weyes Blood plus tard cet été et cet automne, ainsi que sur la route pour soutenir Gus Dapperton pendant des dates d’un mois à partir de la mi-septembre.

Ascension Liste de matériel :
1. Oh non chérie !
2. Cheval noir
3. L’Ascension
4. Dieu d’amour
5. Fragment de temps