Categories
Musique

Mark Knopfler, Sting parmi les contributeurs au documentaire de Willy Deville

Willy DeVille photographié en 1990. Avec l’aimable autorisation de Gie Knaeps/Getty Images

Mark Knopfler, Piqueret le regretté Ben E. King sont parmi les contributeurs au documentaire, Heaven Stood Still : Les incarnations de Willy DeVille. Basé sur la vie et l’époque du regretté auteur-compositeur-interprète et ancien leader du groupe de rock new wave Mink DeVille, il poursuit sa tournée de projections dans certaines villes américaines.

Le film a été présenté en première en novembre 2022 au Doc’n Roll Film Festival à Londres, suivi d’une première américaine au Nighthawk Cinema à Brooklyn en avril. Il a été projeté le mois dernier à Westport, Connecticut, et des projections sont prévues à Los Angeles et Boston à l’automne, avec plus de détails ici.

Knopfler a produit le premier album solo de Deville Miracle en 1987, et l’a choisi pour chanter « Storybook Love » sur sa bande originale pour La princesse à marier la même année. Outre ses idées et celles de Sting et King, il y a les souvenirs de Peter Wolf, anciennement du J. Geils Band; les producteurs Jack Nitzsche et feu Hal Willner; et Chris Frantz de Talking Heads. Le ciel s’est arrêténommé d’après une chanson typiquement atmosphérique de Mink DeVille, est réalisé et produit par Larry Locke et coproduit par Crispin Cioe, qui jouait du saxophone dans le groupe de DeVille.

La publicité du film dit : « Du punk latin du CBGB au chanteur de soul de la Nouvelle-Orléans en passant par la première voix de la musique roots américaine sur le continent européen pendant trois décennies, il était sans doute l’artiste le plus original et le plus romantique de son temps, écrivant et interprétant le Thème du film nominé aux Oscars La princesse à marier. Personne n’habitait autant de styles musicaux et de personnalités, et tout en lui était une œuvre d’art.

A découvrir  Jonas Brothers sort un nouvel album très attendu, "The Album"

« DeVille a vendu plus d’un million de disques et était profondément respecté par ses pairs, de Ben E. King à Bob Dylan, pour un jeu hors pair et des chansons qui étaient des hymnes pour les cœurs brisés et les opprimés. Pourtant, presque personne ne sait rien de lui, d’où il vient ou qui il aimait. Comment a-t-il pu voler sous le radar pendant 35 ans et laisser autant de choses que nous savons sur son chemin ? C’est le mystère de Willy DeVille. Popmatters décrit le documentaire comme « un portrait engageant et souvent convaincant d’un artiste singulier dont les dons n’ont pas été suffisamment reconnus et récompensés ».

Deville, né à Stamford, CT en 1950, a dirigé Mink Deville de 1974 à 1986. Toujours plus apprécié en Europe qu’aux États-Unis, le groupe a eu un succès clé de la période new wave avec « Spanish Stroll » en 1977. Il a continué à enregistrer en son propre nom jusqu’en 2008 Pistoletavant sa mort d’un cancer du pancréas l’année suivante, à l’âge de 58 ans.