Categories
Musique

John Fogerty revient sur la scène londonienne avec une puissance inépuisable et inspirante

John Fogerty à l’O2 de Londres le 29 mai 2023. Photo : Robin Little/Redferns

La nostalgie légèrement mélancolique des temps perdus qui accompagne souvent une performance moderne d’un artiste de rock classique n’était singulièrement pas le facteur moteur de Jean Fogertymagnifique retour sur la scène londonienne hier soir (29). Son spectacle scintillant avait le même indice d’octane élevé et le même enthousiasme vital et enfantin qu’il dégageait en tant que Credence Clearwater RevivalLe règne de a commencé il y a 55 ans.

Achetez le meilleur de la discographie de Creedence Clearwater Revival sur vinyle et plus encore.

La célébration n’était pas seulement dans l’air à l’O2 Arena, mais a donné son nom à la tournée en cours, au cours de laquelle, presque impossible, il a fêté son 78e anniversaire la veille. Et qui lui refuserait l’effervescence contagieuse qui a conduit ce récapitulatif de 90 minutes de tout ce qui fait de lui l’une des figures de proue du rock les plus durables et les plus pertinentes d’Amérique. Il n’a pas pu s’empêcher de nous dire – vous l’imaginez partager la nouvelle avec euphorie à tous ceux qu’il croise dans la rue – qu’après des décennies de lutte, il a enfin repris possession de ses chansons. De manière désintéressée, il a remercié le public de ne pas avoir gardé lui une star, mais pour avoir entre-temps gardé ce formidable catalogue dans leur cœur.

Les fils de Fogerty, Shane et Tyler, ont ouvert le spectacle avec leur propre groupe, Hearty Har, avant de prendre leur place dans celui de leur père, dans le cadre d’un line-up puissant qui a parfaitement augmenté ses lignes de plomb étonnamment agiles et expressives. Un résumé vidéo de certaines de ses créations phares a été suivi de leur recréation exaltante, avec une salve d’ouverture de « Up Around The Bend », « Green River » et « Born On The Bayou » qui a scellé le lien incassable entre son héritage californien et le marécage du sud qui a contribué à son son unique.

A découvrir  Niall Horan partage la performance Vevo de "You Could Start A Cult"

Changeant de guitare après presque chaque chanson, il raconta bientôt comment il avait inexplicablement donné le bien-aimé Rickenbacker qu’il avait joué à Woodstock, avant de l’accueillir à nouveau dans ses bras et son spectacle sur scène, maintenant pour jouer le suivant dans ce relais de hymnes, « Qui arrêtera la pluie. »

La setlist était un bombardement bénin de chansons pour les âges, chacune aussi puissante que lorsque nous les avons déballées pour la première fois, et chacune liée par le comportement génial de Fogerty. De « Have You Ever Seen The Rain » et « Bad Moon Rising » à « Travelin’ Band » et « Down On The Corner », le juke-box ne s’est jamais arrêté, généralement dans des versions puissantes de moins de trois minutes recréant les 45 tours originaux. Mais les moments de lumière et d’ombre comprenaient un hommage audiovisuel touchant à sa femme de plus de 30 ans, Julie, qui regardait depuis les coulisses.

Après un « Fortunate Son » fulgurant, qui crache encore des étincelles de pertinence sociale avec la force d’antan, il y a eu un rappel triomphal de « Rockin’ All Over The World » et « Proud Mary », ce dernier naturellement dédié à Tina Turner. Ainsi s’est terminée une joyeuse masterclass sur la façon de vieillir dans le rock’n’roll avec une puissance humble et une pertinence sans faille.

Écoutez le meilleur de John Fogerty sur Apple Music et Spotify.