Categories
Musique

Coi Leray parle de « COI », de rappeurs préférés et plus encore dans une interview Apple Music

Coi Leray a rejoint Ebro Darden sur Rap Life Radio sur Apple Music 1 pour discuter de son deuxième album CIqui sort aujourd’hui, le 23 juin. Dans l’interview de grande envergure, la rappeuse discute des réactions négatives pour son freestyle XXL, ses bœufs de rap, et plus encore.

Elle évoque également l’adoption d’un esprit d’entreprise à l’adolescence dans les rues du New Jersey, les rappeurs qu’elle admire, sa relation avec son père et s’adressant à lui sur son morceau « Man’s World », sa collaboration avec David Guetta, sa relation avec Saucy Santana , pourquoi elle aime Lola Brooke, critique pour avoir utilisé trop d’échantillons, et plus encore.

Elle a également réfléchi au nom de son nouvel album CIen disant: « J’ai même envie de l’intituler moi-même Coi, je veux que les gens comprennent tout ce qui me concerne. Chez moi on m’appelle Coi, Coi Leray c’est ma marque. Mais ma mère, tout le monde, vous ou n’importe qui ici dans la pièce, je voudrais que vous m’appeliez Coi parce que c’est une affaire personnelle.

En ce qui concerne son enfance dans le New Jersey, elle dit : « Alors ma mère a commencé à travailler tard dans le bar et elle travaillait de trois heures à une heure du matin, trois heures, deux heures du matin. Mes frères aînés, je suis la seule fille, mes frères aînés étaient dans la rue à faire ce qu’ils avaient à faire. Chacun pour soi. Et moi, ma mère me faisait tellement confiance que je pouvais faire n’importe quoi. Et c’était à un moment où ma mère ne pouvait pas me donner ce que je voulais, elle ne pouvait donner à aucun de nous ce que nous voulions financièrement.

A découvrir  Eric Cantona partage son premier single poignant "The Friends We Lost"

« Alors j’ai eu l’impression qu’elle était capable de nous donner ce que nous voulons par la liberté et de nous faire confiance et de nous laisser en quelque sorte comprendre. Alors ouais 13 ans, j’ai perdu ma virginité très jeune. Entre 13 et 14 ans, j’ai commencé à vendre de la drogue. J’ai abandonné le lycée 16, je n’ai pas terminé la neuvième année. Et j’ai toujours travaillé, j’ai travaillé dans la vente et j’avais mes propres appartements. J’ai fini par travailler… Je suis si intelligent, j’ai l’impression d’être né génie. Je jure, j’ai l’impression que s’ils testent mon QI, c’est quelque chose d’élevé. Ouais, et j’ai toujours été seul. J’ai l’impression que c’est ce qui a fait de moi ce que je suis aujourd’hui. »