Categories
Musique

Belinda Carlisle partage les cinq albums sans lesquels elle ne peut pas vivre

Belinda Carlisle a partagé les cinq albums sans lesquels elle ne peut pas vivre dans une nouvelle interview, en sélectionnant des disques d’artistes comme Depeche Mode et Le choc.

L’icône de la pop a sorti son dernier EP, Kismetle vendredi 12 mai, sur lequel elle a travaillé avec la légendaire compositrice Diane Warren.

Parler à Rotation pour la publication Cinq albums sans lesquels je ne peux pas vivre fonctionnalité, Carlisle a expliqué que le record était survenu après que son fils ait rencontré Warren dans un café à Los Angeles. « Elle a dit : ‘Qu’est-ce que ta mère fait ? Appelons-la », se souvient l’artiste, partageant que son collaborateur l’avait invitée au studio.

« Je ne le lui ai pas dit, mais je pensais juste, ‘Est-ce que je veux vraiment, vraiment ouvrir cette porte parce que c’est un gros engagement dans ma vie.’ C’est un an et demi ou deux ans. Je devais juste vraiment y penser. Ensuite, je suis allé au studio et je me suis dit : ‘Tu te moques de moi ? Tu me donnes ces chansons ? Ils sont incroyables. Ça (aurait été) stupide pour moi de dire non parce que c’était comme un cadeau de l’univers.

Carlisle a ensuite choisi les cinq albums sans lesquels elle ne pourrait pas vivre. Parmi ses choix figurait Violateur de Depeche Mode, qu’elle a appelé « l’un de mes albums préférés de tous les temps ». « Chaque chanson est tout simplement incroyable et j’adore la production », a-t-elle ajouté. « J’adore les mélodies. J’aime à quel point c’est dansant. Quand cet album est sorti, j’étais totalement obsédé, et c’est toujours l’un de mes albums préférés, et ce depuis des années et des années.

A découvrir  Madison Cunningham annonce la «tournée automne 2023»

Elle a également sélectionné Musique Roxyc’est Vie à la campagne (« l’album le plus bizarre »), Les garçons de la plageSons d’animaux – qui était le premier album qu’elle possédait – et de Maria Callas La Divinaqu’elle a décrit comme « mon introduction à l’opéra ».

Pour compléter ses cinq choix, l’album éponyme de The Clash. « C’était probablement mon groupe punk préféré parce que c’était du rock, du punk rock, mais aussi très mélodique, et j’adorais les paroles », a-t-elle déclaré. «Ils étaient d’un temps; ils étaient en colère, politiques. Cela a vraiment capturé un moment, ce moment à la fin des années 70 au Royaume-Uni, où il se passait beaucoup de choses politiquement et économiquement. Cela m’a inspiré à aller à Londres pour la toute première fois en 1977. »

Écouter le Kismet PE.