Categories
International

L’Organisation mondiale de la santé publie des rapports sur l’aspartame, un édulcorant artificiel, et le risque de cancer

L’aspartame est-il sûr ?

Le groupe de recherche sur le cancer de l’Organisation mondiale de la santé a déclaré jeudi qu’il catégorisait l’édulcorant artificiel commun trouvé dans le Coca Light et d’autres aliments et boissons sans sucre comme un cancérogène possible, mais le groupe de sécurité alimentaire de l’agence a déclaré que les preuves n’étaient pas convaincantes et que le composé pouvait encore être consommé en toute sécurité en quantités assez élevées.

La Food and Drug Administration des États-Unis a déclaré qu’elle n’était pas d’accord pour que l’aspartame soit classé comme cancérogène possible.

« L’aspartame est l’un des additifs alimentaires les plus étudiés dans l’alimentation humaine. Les scientifiques de la FDA n’ont pas de problèmes de sécurité lorsque l’aspartame est utilisé dans les conditions approuvées », a déclaré la FDA dans un communiqué.

L’aspartame est vendu sous les noms Equal, Nutrasweet et Sugar Twin. On le trouve dans de nombreux sodas light, ainsi que dans certains chewing-gums et desserts hypocaloriques sans sucre.

Lors d’une conférence de presse mercredi avant l’annonce, les responsables de l’OMS ont souligné qu’ils ne conseillaient pas aux entreprises de retirer leurs produits ni de dire aux gens d’éviter complètement l’aspartame.

« Nous conseillons juste un peu de modération », a déclaré le Dr Francesco Branca, directeur du Département de la nutrition et de la sécurité alimentaire de l’OMS.

Canettes de Coca light dans une usine de West Valley City, Utah, le 19 avril 2019.George Frey / Bloomberg via le fichier Getty Images

Les déclarations apparemment contradictoires de l’OMS – selon lesquelles l’aspartame peut éventuellement causer le cancer mais peut être consommé sans danger – provenaient de deux groupes distincts au sein de l’organisation.

Un groupe, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), se concentre sur l’identification des agents cancérigènes. L’autre, le Comité mixte FAO/OMS d’experts sur les additifs alimentaires, examine la sécurité des additifs alimentaires et s’ils présentent un risque pour les consommateurs. Les groupes ont entrepris l’examen après qu’un comité consultatif ait qualifié le complexe de « haute priorité » pour examen en 2019.

Le CIRC a déclaré jeudi dans un communiqué qu’il classait l’aspartame comme potentiellement cancérigène, ce qui signifie qu’il existe des preuves qu’il peut provoquer le cancer chez l’homme, mais que les preuves sont loin d’être concluantes, selon Mary Schubauer-Berigan, la chef par intérim du Programme des monographies du CIRC. (L’exposition à un agent cancérigène ne signifie pas qu’une personne aura un cancer.)

A découvrir  Burger King Brazil lance "Barbie" Pink Burger et les fans sont "écœurés"

Compte tenu des preuves limitées, le comité d’experts sur les additifs alimentaires a conclu qu’il n’apportait actuellement aucune modification à la limite recommandée d’aspartame qu’une personne peut consommer en toute sécurité.

Cette limite – connue sous le nom d’apport quotidien acceptable – est assez élevée : 40 milligrammes par kilogramme de poids corporel par jour, ou 40 milligrammes pour chaque 2,2 livres qu’une personne pèse.

Cela signifie qu’un adulte pesant 154 livres ou 70 kilogrammes devrait consommer plus de neuf à 14 canettes de soda light par jour pour dépasser l’apport quotidien acceptable, en supposant qu’il ne consomme pas d’aspartame provenant d’autres aliments ou boissons. Une canette de 12 onces de soda light contient généralement 200 à 300 milligrammes d’aspartame.

La limite de la FDA est encore plus élevée, à 50 milligrammes par kilogramme par jour, ou 50 milligrammes par 2,2 livres de poids corporel.

The Coca-Cola Company n’a pas répondu à une demande de commentaire. Dans un communiqué, American Beverage, le groupe commercial de l’industrie, a déclaré que la sécurité de ses produits est sa priorité absolue et que « l’IARC n’est pas une agence de sécurité alimentaire ».

American Beverage a salué la décision du Comité d’experts sur les additifs alimentaires de ne pas apporter de modifications aux limites quotidiennes acceptables d’aspartame.

« Cette conclusion solide renforce la position de la FDA et des agences de sécurité alimentaire de plus de 90 pays », a déclaré le PDG d’American Beverage, Kevin Keane, dans un communiqué.

Le Calorie Control Council, qui représente l’industrie des aliments et des boissons à faible teneur en calories et à faible teneur en calories, a également fait l’éloge du Comité d’experts sur les additifs alimentaires tout en qualifiant la décision du CIRC de « mauvaise » et « potentiellement dommageable ».

L’aspartame est-il cancérigène ?

Le Centre international de recherche sur le cancer examine si certains composés, organismes ou agents sont cancérigènes.

Il classe ses résultats en quatre groupes : Les substances du groupe 1 « causent le cancer ». Ceux-ci incluent la fumée de tabac et les rayons UV du soleil. Les substances du groupe 2a sont des «cancérogènes probables» et comprennent des choses comme la viande rouge et les stéroïdes. Le groupe 2b – auquel appartient maintenant l’aspartame – sont des substances qui sont des «cancérigènes possibles» et comprennent les légumes marinés, les gaz d’échappement des moteurs et l’aloe vera. Les substances du groupe 3 sont « inclassables », ce qui signifie qu’il n’existe à ce jour aucune preuve crédible qu’elles causent le cancer. Le groupe 3 comprend le café, par exemple.

A découvrir  Chick-fil-A ramène 2 éléments de menu préférés des fans à saveur de pêche pour l'été

La décision de l’IACR sur l’aspartame était basée sur trois études chez l’homme qui ont trouvé un lien entre la consommation de boissons édulcorées artificiellement et le carcinome hépatocellulaire, le type le plus courant de cancer du foie. Il y avait également des preuves d’une incidence accrue de tumeurs chez les souris et les rats qui ont reçu de l’aspartame dans leur nourriture, mais le groupe a noté que les études avaient des défauts. Un résumé de l’évaluation a été publié jeudi dans The Lancet, mais le rapport complet ne sera pas disponible avant six mois, a indiqué l’OMS.

Branca, qui a présenté les conclusions du Comité mixte d’experts FAO/OMS sur les additifs alimentaires, a déclaré qu’un panel de 13 experts de 15 pays n’a pas trouvé les preuves liant l’aspartame et le cancer convaincantes.

« Le panel a estimé que les études qui obtenaient des résultats positifs étaient limitées dans leur conception et dans la qualité de l’interprétation des données », a déclaré Branca lors de la conférence de presse.

Les scientifiques de la FDA ont précédemment examiné les études incluses par le CIRC et « identifié des lacunes importantes », a déclaré l’agence.

L’American Cancer Society a déclaré que la science permettant de déterminer si l’aspartame cause le cancer évolue toujours.

« Nous recommandons aux gens d’utiliser le rapport d’aujourd’hui du CIRC comme un moment pour réfléchir à leur utilisation de l’aspartame, mais aussi une opportunité de revoir leur apport alimentaire global, y compris la viande transformée et l’alcool, des cancérigènes connus associés à un risque accru de cancer », a déclaré le directeur scientifique de l’ACS. a déclaré l’officier Dr William Dahut dans un communiqué. Un scientifique de l’organisation a participé à la réunion du CIRC le mois dernier pour évaluer les effets de l’aspartame sur la santé.

On ne sait pas comment l’aspartame pourrait potentiellement causer le cancer.

A découvrir  La bande-annonce de "Et juste comme ça..." fait allusion à la vie de célibataire de Carrie - et comment elle tend la main à Aidan

Jotham Suez, microbiologiste moléculaire et immunologiste à la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health de Baltimore, a déclaré qu’il n’y avait pas encore de réponses définitives sur les mécanismes possibles de la façon dont l’édulcorant est cancérigène.

Suez, qui n’a pas participé aux travaux de l’OMS, a publié des recherches qui ont révélé que les édulcorants artificiels peuvent affecter négativement le microbiome intestinal, ce qui pourrait potentiellement jouer un rôle dans le risque de cancer, bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires.

Les personnes qui consomment de l’aspartame doivent-elles s’inquiéter ?

Malgré les conclusions du comité des additifs alimentaires selon lesquelles l’aspartame peut être consommé en toute sécurité en quantités assez élevées, l’annonce de l’OMS pourrait faire réfléchir certaines personnes, a déclaré le Dr James Farrell, oncologue gastro-intestinal à la Yale School of Medicine.

Les gens peuvent ne pas savoir comment évaluer le risque pour eux-mêmes, a déclaré Farrell.

Donner aux gens des informations claires sur leurs niveaux de risque est important, étant donné la popularité de l’aspartame et d’autres édulcorants artificiels.

Mais le risque potentiel de cancer de l’aspartame ainsi que les conseils sur l’apport quotidien « peuvent ne pas être pertinents » pour la majorité des consommateurs, a déclaré George Kyriazis, professeur adjoint de chimie biologique et de pharmacologie à l’Ohio State University College of Medicine.

Selon les estimations de l’OMS, les personnes qui consomment le plus d’aspartame consomment généralement environ 30 mg/kg par jour, soit moins que la limite quotidienne acceptable de 40 mg/kg. La personne moyenne reçoit 10 fois moins que la limite quotidienne acceptable, selon l’OMS.

« Il y a une grande différence entre une personne qui consomme 20 coca light par jour ou 15 coca light par jour et le consommateur moyen qui boit un soda light avec un repas ou qui a quelques paquets d’Equal avec du café », a déclaré Kyriazis à propos du risque possible. .

Le Dr Neil Iyengar, oncologue médical au Memorial Sloan Kettering Cancer Center, a déclaré que certaines personnes présentant un risque génétique pour certains cancers veulent faire tout ce qu’elles peuvent pour réduire leur risque.

« Ce sont des informations qu’ils voudraient », a-t-il déclaré.

Branca, de l’OMS, a déclaré que si les gens ne savent pas s’ils consomment trop d’aspartame, il y a toujours une alternative.

« Si les consommateurs sont confrontés à la décision de prendre du cola avec des édulcorants ou un avec du sucre », a-t-il déclaré, « je pense qu’il devrait y avoir une troisième option envisagée, qui consiste à boire de l’eau à la place. »

By Vincent Clément

Salut, moi, c'est Vincent le rédacteur en chef passionné de musique et d'entertainment. Avec une expérience mondiale, j'ai couvert les événements les plus en vogue. Passionné de rock et de l'espace, j'aime découvrir les dernières tendances et les explorations de notre univers. Toujours dynamique et engagé, j'aime offrir des analyses précises et fiables à mes lecteurs.