Site officiel actualités HSE, actualités QSE, actualités QHSE
HSE, QSE, QHSE, le portail de Wolters Kluwer : wk-hsqe.fr

Accès abonnés

  1.  

Mot de passe oublié ?


Actualités
Actualités Environnement

La Commission européenne donne son feu vert à plusieurs OGM, dont la culture d'une pomme de terre

Alors que depuis 1998, la Commission européenne n'avait plus délivré d'autorisation pour des cultures OGM dans l'UE et le maïs MON810, elle a annoncé le 2 mars avoir autorisé la culture de la pomme de terre génétiquement modifiée Amflora du groupe allemand BASF, destinée à l'usage industriel pour son amidon, comme la production de papier et à l'alimentation animale.

La Commission européenne donne son feu vert à plusieurs OGM, dont la culture d'une pomme de terre © muro - Fotolia.com

'' La décision d'autorisation de culture d'Amflora marque la fin d'une procédure entamée en Suède en janvier 2003 et repose sur une somme considérable de connaissances scientifiques rigoureuses '', a expliqué Bruxelles dans un communiqué. '' La décision prévoit des conditions de culture strictes afin d'éviter que des pommes de terre transgéniques ne soient laissées dans les champs après la récolte et que des graines d'Amflora ne soient répandues accidentellement dans l'environnement '', a précisé l'exécutif européen.

Trois variétés de maïs transgéniques commercialisées

La Commission a aussi donné son feu vert à la commercialisation en Europe de trois variétés du maïs transgénique MON 863 de l'américain Monsanto, '' pour l'alimentation humaine et animale, mais pas pour la culture '', rappelant que l'Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) avait émis un avis favorable sur ces trois OGM.

Ces produits sont issus du croisement traditionnel de deux ou trois maïs génétiquement modifiés - MON863, NK603 et MON810 - déjà autorisés dans l'UE pour l'alimentation, l'importation et la transformation, rappelle Bruxelles. '' Les cinq OGM autorisés ont été examinés avec la plus grande attention, de sorte que les préoccupations exprimées au sujet de la présence d'un gène marqueur de résistance aux antibiotiques ont été pleinement prises en compte '', assure la Commission.

Alors que six pays de l'UE, dont la France et l'Allemagne, ont suspendu la culture du maïs OGM MON810 de Monsanto, au nom du principe de précaution, le commissaire à la santé et à la politique des consommateurs, John Dalli, devrait soumettre d'ici l'été une proposition visant à laisser aux Etats-membres '' plus de latitude pour décider de cultiver ou non des OGM, conformément aux orientations politiques du président de la Commission José Manuel Barroso ''.

Pour l'eurodéputée, Corinne Lepage, '' cette décision de reprendre les autorisations de dissémination d'OGM dans l'environnement, en évacuant le débat sur leurs risques, est inacceptable et constitue une véritable déclaration de guerre à l'égard des citoyens européens majoritairement opposés aux cultures OGM, de la part de M. Barroso '', a-t-elle dénoncé dans un communiqué.

De son côté, l'organisation environnementale Greenpeace, après l'autorisation de la pomme de terre OGM de BASF, s'est dite '' très choquée que l'un des premiers actes officiels de la nouvelle Commission soit d'autoriser une culture aussi critiquable. Depuis six ans, l'innocuité de cette pomme de terre fait l'objet de controverses scientifiques. Par cette décision, Dalli, le commissaire pourtant chargé de la protection des consommateurs nie tous les débats scientifiques sur les potentiels dangers que représente cette pomme de terre et le fait que l'opinion publique européenne ne veut pas d'OGM '', a fustigé Sarah Pecas, chargée de campagne OGM pour Greenpeace France.

 

Rachida Boughriet

 

  

A lire aussi…

 

Abonnez-vous au Lamy Dehove

 

 


wk-hsqe - 13/03/2010© Tous droits réservés


Le Guide du Responsable HSE Le Guide du Responsable HSE

Un ouvrage innovant pour
une fonction stratégique
dans l'entreprise !

A partir de 501 € HT




Pour recevoir directement toutes les actualités réglementaires de votre choix dans votre boîte e-mail


Toutes nos publications


Naviguez sur WK-HSQE