Site officiel actualités HSE, actualités QSE, actualités QHSE
HSE, QSE, QHSE, le portail de Wolters Kluwer : wk-hsqe.fr

Accès abonnés

  1.  

Mot de passe oublié ?


Actualités
Actualités Qualité

Le modèle Toyota dérape en séries

Longtemps présentée comme une référence de productivité, la marque japonaise est aujourd'hui confrontée à une crise qualité sans précédent dans l'histoire de l'industrie automobile. Comment en est-on arrivé là ?

Le modèle Toyota dérape en séries

Et dire que Toyota était considéré comme un modèle pour l'efficience de son organisation qualité ! Or, le constructeur japonais vient de déraper à plusieurs reprises. Selon un porte-parole de la firme, le nombre total de véhicules en cours de rappel à l'usine, pour un défaut de conception de la pédale d'accélération, se monte à 8,67 millions, soit plus que le total des ventes du groupe l'an dernier.

Les estimations du coût du rappel et de l'arrêt de la production pourraient atteindre 200 milliards de yens (1,6 milliard d'euros) selon certains analystes. La polémique va bon train...  « Toyota a perdu de vue ce qui faisait sa force : la qualité. Les réputations se font sur la durée mais se défont en quelques heures. C'est cette vérité profonde que redécouvre la firme », constate l'analyste économique Amid Faljaoui (trends.rnews.be). « Toyota a sacrifié sa réputation d'excellence à la recherche de parts de marché et dans sa suffisance a ignoré ses clients et ses propres principes de gestion », estime Dan Carney, spécialiste du modèle Toyota.

Dissimulation de défauts techniques

Lors d'une conférence de presse, le président Akio Toyoda s'est excusé auprès des clients de ces rappels qui portent atteinte à la réputation du numéro un mondial du secteur automobile mais le constructeur nie pourtant avoir sacrifié la qualité pour devenir leader mondial. Le PDG Katsuaki Watanabe a simplement invoqué la complexité croissante des technologies équipant les automobiles, les temps d'utilisation plus longs qui nuisent à la qualité et la standardisation des pièces de véhicules.

Cependant, selon l'enquête policière, Toyota aurait pointé 82 cas de dysfonctionnements et trois cadres du constructeur sont mis en cause pour avoir eu connaissance du problème pendant des années, sans rien faire pour informer les consommateurs.

« Au plus fort de sa course pour devenir le premier constructeur automobile mondial, Toyota Motor a subi un rude coup pour sa réputation avec l'éclatement d'un scandale de dissimulation de défauts techniques.  Le leader nippon est soupçonné d'avoir passé sous silence pendant huit ans un problème affectant la barre d'accouplement, qui assure la liaison entre les deux roues directrices, du modèle de 4x4 Hilux Surf », peut on lire sur forum-auto.com.

M. Toyoda pourrait s'expliquer devant le Congrès

« Nous pensons qu'il y a quelques problèmes dans le système de production de Toyota, et nous chercherons probablement à prendre des mesures préventives », a déclaré le vice-ministre japonais des Transports, Masafumi Yasutomi.

Dont acte. Le 5 février, la firme a annoncé la mise sur pied d'une équipe de travail spécialement dédiée à l'amélioration de la qualité. « Dans le cadre du programme d'amélioration de la qualité annoncée par le président de Toyota Akio Toyoda, notre société a entrepris un examen de haut en bas pour nous assurer que nos véhicules respectent nos standards élevés de sécurité et de fiabilité, pour aujourd'hui et pour l'avenir. Nous prenons des mesures pour mettre en œuvre un contrôle plus strict de qualité au sein de l'entreprise », a affirmé Jim Lentz, President et Chief Operating Officer de Toyota Motor Sales.

Puisque c'est aux Etats-Unis qu'ont été rappelés la majeure partie des véhicules concernés, M. Toyoda pourrait venir s'expliquer devant le Congrès à Washington. Barack Obama a demandé solennellement à Toyota et à ses concurrents de veiller à la sécurité de leurs voitures. « Lorsque la sécurité publique est en jeu, chaque constructeur a une obligation de réagir rapidement et résolument dès que les problèmes sont identifiés », a déclaré le président américain le 11 février. Personne n'invoquera la loi des (mauvaises) séries dans ce nouvel accident industriel. On sait qu'en matière de qualité, la fatalité n'existe pas.

 

Didier Rougeyron

 

Sources : AFP, Reuters, LaVoix Eco

 

L'exemple Toyota

Né dans les années 50, le célèbre « Toyota production system » (TPS) également appelé « lean management » a inspiré quantité de groupes industriels décidés à chasser le gaspillage sur les chaînes et produire le juste nécessaire en flux tendus, si bien que sa gestion et ses techniques de fabrication ont été longtemps étudiées et copiées.

À la différence du modèle fordien où le contrôle de qualité n'est effectué qu'en fin de chaîne et les pièces triées comme valides ou à mettre au rebut, chez Toyota, le contrôle est continu et partagé par tous les opérateurs nommés ouvriers hautement qualifiés (OHQ).

Source : Wikipédia

 

 

A lire aussi…

  


wk-hsqe - 19/02/2010© Tous droits réservés


Le Guide du Responsable HSE Le Guide du Responsable HSE

Un ouvrage innovant pour
une fonction stratégique
dans l'entreprise !

A partir de 501 € HT




Pour recevoir directement toutes les actualités réglementaires de votre choix dans votre boîte e-mail


Toutes nos publications


Naviguez sur WK-HSQE