Site officiel actualités HSE, actualités QSE, actualités QHSE
HSE, QSE, QHSE, le portail de Wolters Kluwer : wk-hsqe.fr

Accès abonnés

  1.  

Mot de passe oublié ?


Actualités
Pandémie grippale

Grippe A H1N1 : les effets indésirables des PCA

Remise à plat des processus, hiérarchie bousculée, réduction des effectifs… La mise en œuvre des plans de continuation d'activité (PCA) peut être lourde de conséquences.

© Julia Mashkova - Fotolia.com

Presque toutes les organisations tiennent le leur sous le coude. Le plan de continuation d’activité (PCA) recommandé par le gouvernement, et « vendu » comme des petits pains par les consultants, a des effets secondaires. D’abord, la remise à plat des processus permet d’identifier, du moins sur le papier, les « boulets », ces collaborateurs dont l’utilité ne saute pas aux yeux. DRH et managers en prennent bonne note.

Des PCA lourds de conséquences

Ensuite, le PCA donne l’occasion de revoir le fonctionnement hiérarchique, en le simplifiant, pour être plus réactif en cas de crise. Des luttes de pouvoir peuvent alors émerger. Et les enjeux ne sont pas anodins : transfert provisoire de signature et d’habilitations, par exemple.
Pour Olivier Velin, associé du cabinet Pharesight, expert en gestion de crise, c’est surtout en cas d’activation que le plan de continuité d’activité sera lourd de conséquences. Une entreprise qui parviendrait à réaliser 60 % de son chiffre d’affaires avec seulement 40 % de son effectif ne reviendra probablement pas à la situation antérieure. « Elle pourrait fermer une filiale qui n’est pas vitale pour sa rentabilité, ou encore resserrer son portefeuille d’offres », expose Olivier Velin.

Mesures à valider

Ce n’est pas un hasard si les détails des PCA sont tenus secrets par les directions générales. Par ailleurs, note le consultant, certaines mesures qui figurent dans tous les plans de continuation d’activité des entreprises tertiaires, demandent à être validées. Comme le travail à domicile. Une simulation réalisée à Londres a démontré que les réseaux télécom ne résisteraient pas au pic de connexions. En France, on ne sait pas.

  

A lire aussi…

 

Abonnez-vous à Gestion Sociale

 


Gestion Sociale, 10/09/2009© Tous droits réservés

Réagir à l'actualité


  1. La casse n'est pas prise en compte


Boutique Afnor



Pour recevoir directement toutes les actualités réglementaires de votre choix dans votre boîte e-mail


Toutes nos publications


Naviguez sur WK-HSQE