Site officiel actualités HSE, actualités QSE, actualités QHSE
HSE, QSE, QHSE, le portail de Wolters Kluwer : wk-hsqe.fr

Accès abonnés

  1.  

Mot de passe oublié ?


Actualités
Actualités Environnement

La qualité des cours d'eau français s'améliore sauf pour les nitrates

Les cours d'eau français semblent moins pollués par la pollution organique et phosphorée mais les nitrates restent un sujet de préoccupation majeure. En baisse dans les bassins à dominance agricole, ils augmentent sur le reste du territoire.

La qualité des cours d'eau français s'améliore sauf pour les nitrates © Eugeny Moskvitin - Fotolia.com

Selon les dernières statistiques du Service de l'observation et des statistiques (SOeS) du ministère du Développement durable, la qualité des rivières françaises semble s'améliorer progressivement d'année en année. Basées sur les concentrations en éléments organiques (indice DBO ou demande biologique en oxygène), azotés (nitrates, ammonium) et phosphorés (orthophosphates) transmises par les agences de l'eau, les statistiques du SOeS montrent une amélioration des paramètres sur l'ensemble du territoire.

Les indices de demande biochimique en oxygène et de l'azote ammoniacal (NH4+) sont en baisse régulière depuis 1998, jusqu'à - 80 % dans certains secteurs. Ces paramètres étant très caractéristiques des rejets urbains et industriels, leurs évolutions traduisent une amélioration des systèmes de collecte et des performances des stations d'épuration. Les bassins hydrographiques à dominance urbaine révèlent des tendances plus marquées qu'à l'échelle nationale du fait de stations d'épuration plus performantes. Certains bassins littoraux de l'Atlantique sont toutefois plus fragilisés : les bassins vendéens, aquitains et charentais présentent des évolutions en hausse pour l'indice DBO qui, en 2007, se retrouve supérieure à la moyenne nationale. Le SOeS explique cette situation en précisant que ces trois bassins sont les plus touristiques de la côte Atlantique, ce qui peut perturber les performances de traitement.

Pour les orthophosphates (PO4), paramètre représentant la forme la plus simple et la plus répandue des phosphates dans l'eau, la baisse est quasi-générale sur la période 1998-2007 et atteint 50 %. La tendance est encore plus favorable pour les bassins plus urbanisés (- 60%). En effet, le raccordement de la population française au réseau collectif d'assainissement s'améliore. De plus, la part de la population bénéficiant de traitements tertiaires permettant une meilleure épuration des rejets phosphorés est passée de 26,5 % en 2001 à 46,5 % en 2004.

 

La problématique nitrate toujours à l'ordre du jour 

Alors que la plupart des indices de pollution a baissé, l'indice des nitrates est en revanche resté stable depuis 1998. Le taux de nitrate dans les bassins peu agricoles observé en 2007 est identique à celui de 1998 et est relativement faible, de l'ordre de 5 mg/l.

Les analyses confirment la tendance à la baisse dans les bassins très agricoles. Fortement polluée initialement, la Bretagne se distingue avec les baisses les plus importantes, jusqu'à - 20 %, avec en parallèle une diminution des apports azotés de 30 % sur la même période. En moyenne, sur ces bassins, les concentrations en nitrates sont de l'ordre de 24 mg/l en 2007 contre 26 mg/l en 1998. La Loire présente une tendance globale à la baisse même si elle reste le fleuve où les concentrations en nitrates sont les plus élevées (33 mg/l en 1998).

Ces secteurs semblent donc en bonne voie même si les nitrates constituent toujours un sujet de contentieux avec l'Union européenne du fait de leurs présences dans les points de captage d'eau potable. Le plus inquiétant réside dans le fait que les baisses observées d'un côté sont annulées par des hausses dans d'autres bassins. En effet, les bassins mixtes présentent une nette tendance à la hausse depuis 2001. Les concentrations de départ sont certes inférieures à celles des bassins agricoles avec une moyenne de 10,8 mg/l en 1998, mais elles ont augmenté progressivement pour s'établir en 2007 à 11,3 mg/l. Les plus fortes hausses sont relevées dans ces bassins et notamment en amont de la Seine où les apports d'engrais azotés augmentent comme en Champagne-Ardenne.

Le Rhône, comme la Seine, voit tous ses bassins versants en hausse sur la période. Les concentrations de départ sont cependant plus faibles, de l'ordre de 7 mg/l contre plus de 17 mg/l pour la Seine.

Pourtant, d'ici 2015, la France est censée atteindre les objectifs de reconquête de la qualité de l'eau et des milieux aquatiques de la directive cadre sur l'eau. L'amélioration des systèmes d'épuration devrait participer à l'atteinte de ces objectifs mais de nouvelles mesures semblent nécessaires pour les nitrates. Ces éléments sont en effet responsables de plus du tiers des déclassements des masses d'eau en Loire-Bretagne et Adour-Garonne.

Conformément à la directive, les agences de l'eau doivent finaliser, au plus tard le 31 décembre 2009, les schémas directeurs d'aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) des grands bassins hydrographiques. Ces documents de planification définissent la politique de l'eau des années à venir et comprennent un programme de mesure visant à atteindre le bon état écologique des masses d'eau d'ici 2015. Ces SDAGE ont été soumis à la consultation du public en 2008 et, pour l'instant, aucun n'a été définitivement adopté.

 

F. Roussel

 

Une information Actu-Environnement

 

Découvrez le Lamy Environnement - L'Eau


wk-hsqe - 17/07/2009© Tous droits réservés


Le Guide du Responsable HSE Le Guide du Responsable HSE

Un ouvrage innovant pour
une fonction stratégique
dans l'entreprise !

A partir de 501 € HT




Pour recevoir directement toutes les actualités réglementaires de votre choix dans votre boîte e-mail


Toutes nos publications


Naviguez sur WK-HSQE