Site officiel actualités HSE, actualités QSE, actualités QHSE
HSE, QSE, QHSE, le portail de Wolters Kluwer : wk-hsqe.fr

Accès abonnés

  1.  

Mot de passe oublié ?


Actualités
Actualités Santé - Sécurité

Les particules fines plus nocives en expositions répétées qu’en pics

L’Agence de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset) vient de rendre public un rapport d’experts selon lequel les expositions fréquentes à des niveaux modérés de pollution ont plus d’impact sanitaire que les pics.

Les particules fines plus nocives en expositions répétées qu’en pics Particules fines © AZPworldwide - Fotolia.com

Le rapport conclut qu'il n'existe pas de seuil de pollution au-dessous duquel il n'y aurait pas d'impact sanitaire. A ce jour, les connaissances scientifiques mettent en évidence des effets indésirables des particules dans l'air ambiant sur la santé de l'homme, qu'il s'agisse d'exposition à court terme ou d'exposition chronique.

Résultat surprenant : ce sont les expositions fréquentes à des niveaux modérés de pollution qui sont responsables de l'essentiel des dommages sanitaires, et non les pics de pollution. Contrairement à ce que l'on pourrait penser  97 % de l'impact sanitaire est attribuable à des niveaux modérés mais fréquents (inférieur à 50 µg/m3) et seulement 3 % aux pics.

Une circulaire ministérielle de 2007 avait fixé des seuils d'information et d'alerte, respectivement à 80 et 125 µg/m3 en moyenne sur 24 heures. La mise en œuvre de seuils d'information et d'alerte ne présente pas de bénéfice sanitaire substantiel, précise l'Afsset. Elle permet néanmoins d'informer les populations sensibles (femmes enceintes, enfants, personnes âgées, etc.) lors des pics.

L'Afsset recommande donc de réduire à la source les émissions de particules. Les sources d'émission primaire seront alors ciblées. Il s'agit, selon le Centre interprofessionnel technique d'étude de la pollution atmosphérique (CITEPA), de la combustion du bois, du charbon et du fioul dans le résidentiel et le tertiaire (27 % des émissions), de l'industrie manufacturière (28 %) et de l'agriculture et la sylviculture (30 %).

Les transports jouent également un rôle important dans les zones urbaines (11 % au niveau national, 30 % en Ile-de-France). L'avis, la synthèse et le rapport relatifs à « La pollution par les particules dans l'air ambiant » sont consultables sur le site de l'Agence.

 

Jena Bacha

  


wk-hsqe - 25/03/2009© Tous droits réservés


Le Guide du Responsable HSE Le Guide du Responsable HSE

Un ouvrage innovant pour
une fonction stratégique
dans l'entreprise !

A partir de 501 € HT




Pour recevoir directement toutes les actualités réglementaires de votre choix dans votre boîte e-mail


Toutes nos publications


Naviguez sur WK-HSQE